Voilà un espace convivial où les désireux de partager autour de la Parole de Dieu pourront se donner rendez-vous, faire connaitre leurs témoignages ou lire ceux des autres.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mes questions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ress_54
Ange débutant
Ange débutant


Nombre de messages : 1
Age : 21
Ma localisation : Nancy
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Mes questions   Ven 15 Mar 2013 - 18:31

Bonjour tout le monde (je suis nouvelle sur ce forum, je ne savais pas bien où poster ce message, je m'excuse si l'endroit n'est pas approprié)
Alors voilà en fait ces derniers temps je me pose quelques questions...
Tout d'abord, je m'appelle Jessica, j'ai 17ans et j'ai toujours cru en Dieu. Je suis baptisé et j'ai décidé moi-même d'aller au catéchisme et de faire ma communion.
Cependant, il m'est arrivé de remettre en question mes croyances à cause de questions qui me perturbent un peu l'esprit.
En fait, je n'arrives pas à comprendre, si Dieu le créateur veille sur nous, comment se fait-il que certains croyant sont malheureux et souffre, que leur vie semble se dérouler de manière difficile et qu'au contraire certaines personnes non-croyante voire même se moquant de la religion, ces personnes ait une vie très agréable et rempli de chance?
Bien sur, je ne dis pas que ces personnes mériteraient une mauvaise vie, pas du tout, il est possible que Dieu les accepte malgré leur comportements, mais pourquoi certains qui ont foi en Dieu n'ont pas cette même chance?

Je n'arrive pas bien à formuler ma question mais j'espère que vous l'aurez comprise et que vous pourriez m'aider à trouver des réponses. Bien que je me doute qu'il n'y ait pas "une réponse" parfaite à ce sujet vu que ce n'est pas certainement pas clairement explicable.
Revenir en haut Aller en bas
danioucha
Ange zélé
Ange zélé
avatar

Masculin Nombre de messages : 120
Age : 54
Ma localisation : Vernon dans l'Eure (Dept.27)
Mon emploi/loisirs : Technicien bureau d'études
Mon humeur : Discerner... veiller...
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Re: Mes questions   Sam 16 Mar 2013 - 10:55

Bonjour à tous et à toi Ress_54,

un copié/collé d'une ch'tite étude que j'avais gardé dans un coin de mon ordi.

Chacun, un jour dans sa vie, se trouve confronté à la souffrance de façon permanente ou dans son entourage proche.
Alors c’est la déchirure. Tout s’écroule… Et jaillit la question du pourquoi, et surtout du pourquoi moi ?
Qu’est-ce que j’ai pu faire de mal ?… C’est l’écrasement ou la révolte par laquelle on peut se détourner de Dieu.

Réaction toute humaine et normale. Car l’homme n’est pas fait pour la souffrance.
Celle-ci, par une rupture dans le confort de notre vie et par la brèche qu’elle opère dans le cœur
vient révéler la soif intérieure de bonheur qui habite chacun.

Au fond, la souffrance touche au mystère le plus profond de notre être en venant rappeler le bien
pour lequel nous sommes faits (le bonheur) et dont nous sommes privés. Elle se manifeste comme un manque.

C’est pourquoi, spontanément, nous ne pouvons l’accepter, car en soi elle est inacceptable.
Elle nous fait peur et nous la rejetons. Car nous sommes faits pour la vie.
En même temps, nous sommes conduits plus loin que la peur, dans une timidité
dans une sorte de respect et plus profondément encore de compassion.

Cependant, malgré tout ce que nous pouvons faire concrètement, nous restons démunis.
C’est que la souffrance, la mienne et celle de l’autre, touche à ce mystère qui m’est si proche parce que mien
et en même temps qui me dépasse tant : mystère de l’homme, mystère du mal et de ses racines enfoncés dans l’histoire et l’âme humaines…

Alors, en fait, c’est à Dieu que nous posons la question du pourquoi, à Dieu comme Créateur et Seigneur du monde.
Et la tentation est grande de soupçonner Dieu d’être l’auteur du mal.
« Si Dieu était bon, il ne permettrait pas, il n’agirait pas ainsi… »
C’est au fond ce qui se passe depuis le péché originel (voir Q. 31). Dieu, lui, n’a pas changé. C’est nous qui avons changé.

Mais peut-être avons-nous quelque chose à découvrir auprès de Celui qui nous a sauvés du Mal :
« Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi, je vous soulagerai.
Mettez-vous à mon école, vous trouverez le repos. » ( Mat 11, 28).

C’est l’une des paroles du Christ Jésus, Lui dont l’Ecriture dit :
« Ce sont nos souffrances qu’il portait et nos douleurs dont il était chargé » (Is 53, 4).
Lui qui a été mis à mort injustement, pour que dans « ses blessures nous trouvions la guérison » (Jn 55, 3-4).

Que nous montrent sa vie et ce qui est dit de lui dans l’Evangile ?
Ce n’est pas un Dieu justicier qui s’approche de nous, mais un Dieu humble,
« serviteur souffrant » qui vient épouser complètement la condition de l’homme avec sa souffrance
pour nous consoler et nous aider la porter.

« Dieu n’est pas venu supprimer la souffrance, il n’est pas venu l’expliquer,
mais il est venu la remplir de sa présence », dit Paul Claudel.
Et cela jusque dans ses profondeurs.


Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ?
Une énigmatique coexistence
" Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ? "
Une question qui traverse tous les temps et toutes les cultures, la question de toute existence.
Comment faire face à cette énigme redoutable ?

Évidemment, on ne se pose guère la question inverse : si Dieu existe, pourquoi le bonheur, la santé, le bien-être… ?
On pourrait donc se lamenter de l’égoïsme rampant de l’être humain qui adresse à Dieu plus facilement des reproches
que des actions de grâces, l’homme actuel et nanti plus que tous les autres avant et autour de lui.

Mais n’est-ce pas aussi le signe que, même dans nos sociétés post-modernes, on continue à associer spontanément Dieu
à ce qui est positif dans l’existence ? C’est intéressant : le " bon Dieu " n’est pas si loin du " Dieu bon " de la Bible.
Cette façon de voir reste bien présente parmi nos contemporains, souvent détachés de toute pratique ecclésiale quand ce n’est pas de toute vie spirituelle.

La question, cependant, demeure entière : si Dieu existe, pourquoi la souffrance ?
Est-elle davantage posée de nos jours que par le passé ?
Elle traverse en fait tous les temps et toutes les cultures dans tous lieux habités.
C’est la façon d’y répondre, d’y faire face qui diffère. La façon de la juguler, de canaliser une interrogation à la limite du supportable.
C’est la question de toute existence, presque constitutive de l’humain.

Je tends à penser que ne pas se la poser n’est un signe ni de force ni de grande foi,
mais bien plutôt un manque de maturité flagrant. Une esquive, un recroquevillement.

L'insoutenable alliance de mots.
Ce qui est très particulier avec cette question, c’est qu’elle joue sur deux registres :
l’existentiel en affectant parfois toutes les fibres de notre être jusqu’à nous rendre malades
allergiques, névrosés. Mais aussi l’essentiel, le philosophique : le sens profond de la vie ici-bas.
Elle trouve ainsi écho dans l’individu et jusque dans l’humanité entière : tous les temps et toutes les cultures dans tous lieux habités…

Dans la juxtaposition des mots " Dieu " et " souffrance ", il y a donc de l’universel et du particulier
du théorique et du concret, du terre à terre et de l’éminemment spirituel.

Cela signifie qu’établir un lien, quel qu’il soit, entre Dieu et la souffrance nous fait entrer dans la sphère du relationnel.
Il y a Dieu et les hommes, il y a les hommes avec d’autres hommes.
Délicat d’être un bien-portant à côté de souffrants, difficile d’être en souffrance au milieu de bien-portants.
Sentiments de gêne, de culpabilité, d’incompréhension, d’envie. Attitudes paternalistes, légères, méprisantes, isolantes.

Voici donc posée la question de l’étonnante –et même scandaleuse pour certains.
coexistence de Dieu et de la souffrance. Elle postule une incompatibilité :
l’un des deux doit, ou devrait, ne pas exister ! Ma petite expérience de chrétien engagé dans un ministère pastoral
et d’aumônier en milieu hospitalier m’amène à divers constats.

Tout d’abord, l’existence de cette énigme irréductible, dont aucun terme ne peut être éliminé.
Ensuite que Dieu sans la souffrance, ce serait merveilleux ; mais surtout que la souffrance sans Dieu
c’est vraiment terrible. On est seul face à elle, comme un fétu de paille sur un océan en furie.

Alors, même lorsque la nuit se fait impénétrable, le vent glacial, dans les abysses de la maladie, les angoisses du deuil.
Même lorsqu’on ne peut plus parler ni prier. Cachée, tapie, en soutien, une Présence autre veille, et patiemment
" relève l’indigent " (Psaume 113. 7) : nous la nommons " Dieu ". Il n’est pas venu supprimer la souffrance
mais l’habiter de sa Présence.

Dire cela, c’est postuler que dans notre monde, il y a effectivement coexistence de Dieu et de la souffrance
nous ne sommes donc pas livrés à elle. Il est là, mais comme le Dieu caché par amour
quand cela est nécessaire. Prêt à rester dans l’ombre jusqu’à ce que nous puissions tourner vers lui nos regards.

La présence de Dieu.

Autre constat : les larmes reconnaissantes d’une personne âgée, le regard qui se relève d’une personne en deuil
la paix qui s’installe dans une personne tout en fin de vie, une dernière main serrée avant le lâcher prise.

Je pense… à cette vieille dame qui avait eu besoin de mettre en scène sa mort pour pouvoir enfin se libérer d’une culpabilité
qui la taraudait depuis la fin de la seconde guerre mondiale, dans une lutte effrayante.
Et qui avait ensuite survécu quelques mois, paisible. Pour finalement programmer sa " vraie " mort :
quand sa fille serait en vacances, pour que celle-ci n’en souffre pas trop sur le coup.

Je pense… à ce paroissien tombé subitement dans un état semi-comateux après bien des luttes actives
et qui ne réagissait plus qu’à ma voix pour recevoir une parole biblique et prier.
Parti paisible, quelques heures après notre dernier moment ensemble, la main de sa femme dans la sienne.

Je pense… à cette famille très agitée aux Urgences, autour d’une jeune femme à l’agonie :
de longs temps de présence en silence, les gens dans la chambre qui s’endorment sauf le mari et moi
chacun d’un côté du lit, entrant dans un dialogue sur la fin de la vie, l’espérance, partageant un psaume
et recevant la paix d’en haut juste avant qu’elle s’en aille.

Je pense… à cet homme passé par un temps particulièrement difficile qui a profondément changé son regard
sur un ami en situation de grande fragilité.

Je pense… à ce catéchumène trisomique qui cumulait les handicaps et qui n’avait pas son pareil pour dénicher l’essentiel
plein d’une énergie et d’une profondeur bouleversantes.

En d’autres termes, combien d’êtres croisés que la souffrance a fait cheminer vers un sens plus aigu de l’essentiel
une plus grande ouverture, une réelle compassion ou, tout simplement, une paix enfin retrouvée. A tout moment de leur existence. Difficile de ne pas penser à l’expérience spirituelle de Job (42. 2 à 6).

Dans la Bible, le Mal et son cortège de souffrances ne sont pas expliqués ;
ce serait les justifier, leur donner sens. Il y a constat de cette présence énigmatique dès les origines
il y a lutte, il y a le Christ, le Souffrant et le Vivant.

Cette coexistence témoigne du caractère imparfait de la vie ici-bas, de la vanité de ce monde qui soupire
vers un accomplissement, de la réalité de notre faiblesse et du secours de l’Esprit, de l’amour victorieux de Dieu
par son Fils mort et ressuscité (Romains 8. 22 à 39).

L'amour et l'espérance
Il y a plusieurs façons de poser pareille question que celle de Dieu et de la souffrance, allant de l’arrogance à l’humble prière.
Il y a plusieurs degrés de compréhension, en fonction de ce que l’on traverse, de l’endroit où l’on se trouve dans le tunnel sombre.
Mais il n’y a qu’une attitude légitime face aux souffrants, celle que l’on attendrait pour nous : de la compassion et un partage d’espérance.

La souffrance est toujours expérimentée par des êtres de chair et sans elle
peut-être risquons-nous de rester comme ces petits insectes, les éphémères : légers et sans consistance.

Le Christ, de façon unique à la Croix, mais aussi exemplaire dans son parcours ici-bas, a été ce grand souffrant proche des souffrants.
A le suivre et à méditer certaines des paroles qui le concernent ou qu’il nous a laissées
la question du pourquoi de la souffrance semble perdre de sa consistance et de son mordant
pour disparaître peu à peu de nos horizons. En voici deux auxquelles il n’y a, je crois, rien à ajouter ni non plus à retrancher.

" Il était méprisé, laissé de côté par les hommes, homme de douleurs, familier de la souffrance
tel celui devant qui l’on cache son visage; oui, méprisé, nous ne l’estimions nullement.

En fait, ce sont nos souffrances qu’il a portées, ce sont nos douleurs qu’il a supportées
et nous, nous l’estimions touché, frappé par Dieu et humilié.

Il a plu l’Eternel de le briser par la souffrance. Après s’être livré en sacrifice de culpabilité
Il verra une descendance et prolongera ses jours, et la volonté de l’Eternel s’effectuera par lui. " ( Esaïe 53. 3 à 4 et 10)

" Je vous ai dit tout cela pour que vous ayez la paix en restant unis à moi.
Vous aurez à souffrir dans le monde. Mais courage! J’ai vaincu le monde! " (Jean 16. 33)

Antoine Schlüchter
Pasteur à Aix-en-Provence


Revenir en haut Aller en bas
Kaori91
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 1276
Age : 31
Ma localisation : Ile de France
Mon emploi/loisirs : écriture, lecture, dessin, chant
Mon humeur : La joie de l'Eternel est ma force !
Date d'inscription : 01/08/2007

MessageSujet: Re: Mes questions   Dim 17 Mar 2013 - 7:24

Très bien, très édifiant !

_________________
"La Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité" (Jean 1.14)
Revenir en haut Aller en bas
http://jeunesse-chretienne.exprimetoi.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mes questions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mes questions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» logiciel impot expert...petites questions
» Questions sur la vie apres la mort
» faut-il se poser des questions ???
» questions sur les garderies en milieu familial
» questions sur la prématernelle et les garderies privées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Jeunesse Chrétienne :: DISCUSSIONS DIVERSES :: Vie sociale-
Sauter vers: